Histoire/History

From OPEN LABS
Jump to: navigation, search

Open Labs est en cours de constitution pour être le réseau des travaux de développement participant au projet architectural d'INTLNET. Il est membre de la communauté ouverte [1] suscitée par INTLNET pour répondre au renfermement architectonique de l'IETF/IAB comme unité de standardisation du projet ICANN promu par les USA après leur mise en minorité lors du vote sur le traité mondial des télécommunications, le 14 décembre 2012.


Son projet architectural remonte à l'architecture TYMNET et au déploiement du catenet multitechnologies international initial bloqué en 1986 en raison de son "incompatibilité-NSA". Pendant plus d'un quart de siècle s'est engagé et développé une stratégie UNIX, dite du "status-quo", centrée sur les systèmes serveurs vulnérables et sans interintelligence, car sans couche OSI six "présentation" ni recherche réticulaire d'une maîtrise de sa sécurité par capacitation, de son agorique (auto-organisation au tiers non exclu) et de l'intellition (extraction de l'information de la connaissance omminiquée).


Son projet est intellectuel au service de l'industriel.


La concrétisation du projet Open Labs résulte de trois origines :

  • "EuroLab" de Tymnet Extended Services (T/ES) entre 1984 et 1986. Il a été fermé par rachat du Groupe Tymshare par McDonnell Douglas, et fermeture de T/ES après analyse de la NSA. Ses travaux (nommage, adressage, services etendus) conduisait à assurer un accès international sûr aux ordinateurs non-protégés de l'internet (dans le cadre de la RFC 923 qui lui accordait plus de 16 millions d'adresses IP à transcoder avec le plan de numérotation X.121 de l'UIT).
  • "RDLab" qui a été lancé pour le remplacer par INTLNET, principalement sous QNX, puis son propre système d'interexploitation MTX, des librairies logicielles adaptées à des applications en réseau et le support d'expérimentation dans le domaine du DNS.
  • le fork politique de l'IETF/IAB avec eux-mêmes en 2012/2015, à la suite de la transition stratégique du NTIA le 14 mars 2014 en réponse à la mise en minorité de la stratégie de surveillance de la NSA face à celles des autres agences nationales.


(... à suivre ...)