OPEN LABS

From OPEN LABS
Revision as of 10:54, 17 October 2015 by Sysop (Talk | contribs)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search


L'Open Labs Network est un réseau informel de chercheurs, regroupés ou non en unités de travail plus ou moins structurées, réunie à travers ce "blik" c'est à dire :

  • un blog d'information mutuelles
  • une liste de discussion tyraniquement modérée par son secrétariat.
  • une infinité ouverte de services mutuels et d'initiatives communes possibles
  • un wiki pour servir de plaque référentielle.

Pour y participer il suffit de s'y inscrire au secrétariat (une page pour le wiki, un lien vers un site) et être inscrit sur la liste de débats.


En français


Pour l'instant, malgrès son nom en anglois qui protège la possibilité d'une double lingustique future comparable à celle de l'ISO, sa langue de travail est le français, pour quatre raisons :

  • c'est la langue du tyran, dont le secrétariat est à Saint-Vincent de Barbeyrargues, à la lisière nord de Montpellier.
  • c'est la seule langue au monde qui bénéficie de 500 ans d'expérience en matière de méta-langue intégrée, comme le pratiquent nos nouveaux compagnons de société que sont les "bots" informatiques.
  • l'expérience de l'usage de l'anglais par l'IETF, qui ne lui a pas donné la capacité, pourtant inscrite dans ses gènes, de résister à l'imprégnation du militaro-industriel nord-américain.
  • l'expérience du développement de l'architectonique des réseaux (avec l'immense exception de l'équipe Tymnet/Agorics Inc.) semble relever de cerveaux pensant en français et usant de sa vision spécifique de la globalité pouvant être mise au service de la localité (glocalité). Ce que Vint Cerf a mis au coeur de son projet de l'internet.

Notre souci commun


Le souci qui doit marquer l'approche open labs est le respect holocratique de la contribution de chacun (l'omnipartieprenance dans la recherche de l'innovation) sanctionnée

  • par le "runing code" (du code qui marche)
  • mais aussi par le "living mode" (et soit utilisé par les gens dans la durée).

La technologie, c'est à dire la techne au service ou intégrée (la singularité actuelle) au logos humain, doit certes mettre l'intellectuel au services de l'industriel mais pour la liberté et non le consumerage des personnes humaines, au coeur desquelles le Sommet Mondial pour la Société de l'Information (SMSI de Genève et de Tunis) a unanimement choisi de placer le centre de la société humaine d'aujourd'hui.